Les réponses à vos questions

Ci-dessous les réponses aux questions posées par l'intermédiaire de notre site sous la rubrique contactez-nous.

La profession de foi de la liste "Gestion Responsable" de Marcel Vierling critique le Musée PASO

L’artiste PASO internationalement connu a fait don à la commune d’une grande partie de ses oeuvres (plus de 700 tableaux) d'une valeur estimée à 2,9 millions d’euros. Le musée PASO n’est qu’une pièce qui représente 7% de la surface du Pôle Culturel. Le pôle Culturel a été subventionné à raison de 2,7 millions d'euros dont 700 000€ rien que pour le musée. Ce lègue est largement positif. De nombreux musées étaient demandeurs de cette donation. Fallait-il la refuser ?

Ces attaques : rancoeur personnelle ou jalousie ? M. Vierling est en famille directe avec l’artiste PASO...

Nous avons beaucoup d'équipements à Drusenheim. Quelle est l'incidence financière de ces nombreuses structures sur la fiscalité des ménages ?

Le budget de fonctionnement de la commune est toujours optimisé au maximum, afin de permettre de faire des investissements répondant aux besoins des habitants.

En effet les investissements de la dernière décennie ont été financés en grande partie par des excédents dégagés sur le budget de fonctionnement (16.5 millions d’euros en 12 ans). Nous avons également été très bien subventionnés (13,2 millions d’euros en 12 ans) sur l’ensemble de ces opérations.

Grâce à un budget de fonctionnement maîtrisé, la commune continue de dégager plus d’un million d’euros d’excédent chaque année, permettant ainsi la réalisation des investissements futurs. D’autre part, notre endettement est contrôlé : le remboursement de la dette est possible en 2,5 années.

Parallèlement la commune dispose d’un patrimoine important dont une grande partie est mise en location (Maison de retraite, Gendarmerie, Trésorerie, Poste, appartements...) L’importance de ce patrimoine en très bon état, continuellement enrichi, est unique pour une commune comme la nôtre. Le montant des loyers s’élève à 400 000 euros par an (soit 4 millions d’euros en 10 ans).

Ces revenus nous permettent de rembourser en partie nos emprunts, tout en gardant une fiscalité des ménages (T.H., T.F.B., T.F.N.B.) parmi les plus basses de la région.

    Moyenne annuelle par ménage (Taxes communales + taxes intercommunales) :
  • Drusenheim : 655 €
  • Sessenheim : 750 €
  • Rohrwiller : 757 €
  • Herrlisheim : 763 €
  • Gambsheim : 770 €
  • Soufflenheim : 928 €

Notre gestion saine et responsable permet de voir l’avenir de Drusenheim en toute confiance. Nos capacités d’investissements restent importantes. Nous maintiendrons nos taxes parmi les plus basses de la région.

Qu’attendez-vous pour développer le terrain de l'ancienne raffinerie ? Quelle est la situation économique des autres entreprises présentes à Drusenheim ? Quel est le risque de fermeture ?

Notre stratégie pour le développement économique a toujours été très affirmée. Ceci en agissant pour améliorer la dynamique locale de l’emploi, favoriser l’implantation de nouvelles entreprises et accompagner les entreprises dans leur développement. 1800 personnes travaillent à Drusenheim, le taux de chômage est de 7% (nettement inférieur à la moyenne régionale ou nationale).

Groupe Hoffmann France : nous sommes fiers d’avoir pu obtenir en 2009 l’implantation du siège avec plus de 85 emplois créés.

Zone d’activités Herdlach : 5 nouvelles entreprises ont pu s’implanter dans cette zone et un nouveau commerce alimentaire va ouvrir prochainement.

Caddie : nous connaissons ses difficultés, mais nous sommes heureux que le site de Drusenheim ait été choisi comme unique site de production et de direction. Cette décision a permis le maintien de 400 emplois sur notre commune. Un nouvel investissement de 20 millions d’euros est prévu.
Le permis de construire est accordé. Le permis d’exploiter a reçu un avis favorable suite à l’enquête publique qui s’est déroulée au mois de février 2014. Le démarrage des travaux d‘extension est prévu avant l’été 2014. Nous continuerons à nous impliquer comme nous l’avons toujours fait en soutenant fortement cette entreprise pour qu’elle retrouve son dynamisme et se développe à Drusenheim.

Dow : cette entreprise multinationale est présente depuis 45 ans à Drusenheim. Elle démontre en permanence son attachement à notre commune (tout récemment la donation de 100 000€ pour la médiathèque, la prise en charge des défibrillateurs, le soutien permanent aux manifestations diverses).
Au cours de ces trois dernières années, le groupe Dow a investi à Drusenheim, près de 15 millions d’euros dans l’installation de nouvelles capacités de production et de nouveaux équipements. Ces développements, ont conduit à la création de 28 nouveaux postes de travail.

Terrain Raffinerie : Nous nous battons depuis une quinzaine d’années pour réindustrialiser ce site. Les obstacles sont nombreux, à commencer par une dépollution complexe débutée en 1996 et achevée en 2005. Les études de récolement demandées par les services de l’Etat ont ensuite généré un arrêté restrictif pour l’aménagement.
En 2009 un accord a été signé entre l’intercommunalité et le Conseil Général, pour y développer une plateforme départementale d’activités. Depuis, de très nombreuses réunions avec le propriétaire du terrain n’ont pas abouti et ce malgré l’intervention de plusieurs ministres. Le point de blocage est le coût élevé du terrain et l’obligation de prendre en charge la dépollution restante.
En ce moment nous sommes à nouveau en tractation avancée avec l’ensemble des acteurs du dossier et nous espérons pouvoir enfin arriver à l’acquisition de ces terrains.

Tous ces dossiers économiques sont complexes. L’implantation d’entreprises, leur maintien ou leur développement sont tributaires de nombreux facteurs (conjoncture, politique de l’Etat, attractivité du territoire...)

Une chose est certaine, nous nous battons en permanence pour la création et le maintien de chaque emploi sur Drusenheim.

Pourquoi la piscine n'a pas encore été refaite ?

Inaugurée en 1975, la piscine de Drusenheim a rempli ses fonctions pendant 40 ans et a fait la fierté de notre commune. Cette structure, comme certains le prétendent n’a jamais été négligée, tout au contraire elle a toujours été bien entretenue. Les frais de fonctionnement et d’entretien, supportés entièrement par la commune de Drusenheim, ont été optimisés au maximum. Néanmoins, comme toutes les piscines, elle est déficitaire.

Les écoles du secteur de La Wantzenau jusqu’à Seltz la fréquentent. Des milliers d’enfants ont appris à nager toutes ces années dans notre bassin. Combien de noyades ont de ce fait été évitées ?

Nous avions prévu de la rénover. Des changements législatifs sont intervenus à savoir, la réforme territoriale par le regroupement d’intercommunalités et les contrats de territoires supportés par le Conseil Général. Ces nouvelles réformes nous ont laissé entrevoir des possibilités de financement autres que par la commune. Pour ces raisons, la rénovation a été retardée.

L’ensemble des habitants des villages de la communauté des communes profite de ces installations. Il est donc apparu judicieux de transférer ce bâtiment à cette instance qui bénéficiera de meilleures aides et subventions pour la rénovation et la modernisation, ce qui évitera à la commune de lourdes dépenses.

La jeunesse aurait-elle été oubliée à Drusenheim ?

Depuis 13 ans notre principale volonté a été d’investir pour notre jeunesse :

Des écoles performantes : en concertation avec les enseignants et les parents d’élèves, la totalité de nos écoles (maternelles, élémentaire, collège) a été rénovée, modernisée et agrandie. Ces établissements sont considérés comme des références dans le Bas-Rhin par l’inspection académique.

Un périscolaire attractif : un encadrement, une animation socioculturelle, un rythme de vie équilibré pour les enfants et une aide précieuse pour les parents dont la majorité travaille.

Des équipements sportifs et ludiques : certains accessibles en permanence à nos jeunes : le roller-parc, le city-stade, l’aire de jeux à l’Altwasser, les terrains de sports rue de Dalhunden et au lotissement, le terrain extérieur de pétanque...

Un espace de sport Le Gabion : conçu en partenariat avec nos associations, il propose aux jeunes des activités concertées, complémentaires et variées. Utilisé en journée par les scolaires et en soirée par le monde associatif.

Le pôle culturel : offre aux jeunes des espaces d’expressions et des nouvelles perspectives d’accès aux loisirs, à l’art et à la culture. La médiathèque par l’intermédiaire des meilleures technologies leurs donnent accès à un environnement multimédia. Pour exemple, plus de 6 millions de chansons et de films sont accessibles. D'autre part, une section audiovisuel a été créée, avec un intervenant spécialisé dans ces nouvelles technologies.

Ces équipements de qualité sont aujourd’hui opérationnels. Ils sont à la disposition de notre Jeunesse. Notre volonté est que les jeunes s’approprient ces lieux, qu’ils prennent des initiatives, qu’ils apportent leurs idées et qu’ils réalisent leurs projets. Nous étudierons également la possibilité de mise en place d’un animateur spécialement dédié, des rencontres et animations avec les autres communes de l'intercommunalité et pourquoi pas un comité représentatif de la Jeunesse s'ils y contribuent.

On me dit qu'il y aura une implantation d'une aire des gens du voyage à la sortie vers Rohrwiller. Que faut-il croire ?

Comme d’habitude cette rumeur émanant de l’opposition est totalement fausse.

Il est vrai que vis-à-vis de la loi, les villes de plus de 5000 habitants sont dans l’obligation d’installer une aire sur leur territoire. Comme d’autres villes de notre importance et, ce malgré les injonctions de la préfecture, la municipalité de Drusenheim fait de la résistance depuis plus de deux ans. Les villes de Soufflenheim, Herrlisheim et Gambsheim dont la population dépassera prochainement les 5000 habitants, seront très rapidement confrontées à la même problématique. Pour éviter la multiplication des aires sur notre territoire et trouver la solution la mieux adaptée à l’ensemble des communes concernées, cette compétence a été transférée à la communauté de communes du pays rhénan. Cette décision a été approuvée par la préfecture.

Aucun choix concernant la localisation d’une telle implantation dans la communauté des communes du Pays Rhénan n’a été fait. Par contre, tôt ou tard, il sera difficile de se soustraire à la loi.

Je vois différents chiffres sur l'évolution de la population de Drusenheim. Merci d'éclaircir ce point.

L’analyse comparative faite par les ECHOS (journal économique connu pour son sérieux) reflète bien l’excellente gestion et santé financière de la commune de Drusenheim.

    Note sur Santé Financière :
  • Drusenheim 17/ 20
  • Moyenne nationale 7/20
  • Moyenne en Alsace 13/20
    Croissance de la population sur les 13 dernières années :
  • Drusenheim : +7%
  • Soufflenheim : +12%
  • Herrlisheim : +14%
  • Offendorf : +15%
  • Rohrwiller : +16%
  • Gambsheim : +18%
  • Sessenheim : +22%

Ces chiffres démontrent tout le contraire de ce qui est colporté dans les différents tracts. Drusenheim a une très bonne santé financière et une expansion démographique faible. Pour garder un minimum de dynamisme, sa croissance devra évoluer dans le futur à un taux proche de la moyenne départementale.

Source : http://communes.lesechos.fr/municipales-2014/drusenheim

Que penser des tracts anonymes jetés dans les rues ?

Une campagne municipale devrait avant tout être un moment d’échange, de confrontation d’idées pour amener une vision d’avenir.
Or, que se passe-t-il dans notre commune ? Des dénigrements, des attaques violentes et personnelles, des mensonges calomnieux et des tracts anonymes. De basses méthodes que nous pensions révolues à Drusenheim !

L’opposition se dévoile. Nous commençons à la découvrir. Ne vous laissez pas abuser par ces tracts haineux, insultants et diffamatoires.

Des tracts anonymes ? Où est le courage de ces personnes qui n’osent pas révéler leurs identités. Salir, c’est tout ce que ces individus savent faire. Ces tracts jetés sur la voie publique, polluent l’environnement et la campagne électorale.

J'habite à Drusenheim depuis 18 ans. Je constate qu'il existe énormément d'associations dynamiques dans la commune, beaucoup plus que dans d'autres. On me dit que "de nombreuses associations l'ont pourtant quittée"

Tout d’abord il convient de noter qu’aucune association n’a quitté la commune. Toute commune connait une vie associative rythmée par des créations et des disparitions d’activités.

L’ouverture du Gabion en 2007, a généré de nombreuses nouvelles activités sportives notamment les sports de combats (arts martiaux, goshindo enfants et adultes, la self-défense, le kick boxing, l’aïkido enfants et adultes...), la baby gym, la Zumba, le fitness-musculation, le badminton, le handball... D’autres comme le basket, la country ou le Yoga... se sont développées au cours des dernières années.

La mise en service du pôle culturel en septembre 2013 a engendré de nouvelles activités culturelles comme l’art plastique, un atelier audiovisuel, une école de chant, une section de théâtre français et le violon. D’autres activités verront le jour en septembre 2014.

Nous constatons donc que de nouvelles activités se créent chaque année à Drusenheim. Il est vrai que certaines ont disparu par manque d’attractivité ou d’encadrants. En ce sens deux activités se sont arrêtées ces dernières années :

  • Le Judo : suite à des irrégularités dans les déclarations effectuées par les responsables de la section auprès de la fédération et par l’absence d’un nouveau moniteur.
  • Le ping-pong : suite à une mutation professionnelle du responsable et par l’absence d’un nouveau bénévole encadrant.

La commune a toujours soutenue fortement les associations en cultivant un climat propice au développement de nouvelles activités. La qualité de nos équipements mis à la disposition des associations en est la preuve. Les élus actuels apportent leur soutien à l’ensemble du monde associatif par leur écoute, leur implication et leur présence à toutes les manifestations.

Je viens de recevoir un tract qui précise que le plan local d'urbanisme aura pour conséquence un accroissement "irraisoné" de la population. Je suis effrayé, pouvez-vous me rassurer ?

Selon les chiffres de l’INSEE, la population de Drusenheim est passée de 4 363 habitants à 5 130 habitants entre 1990 et 2011, soit une augmentation moyenne annuelle de 0.84 %. Pour la même période celle du Bas-Rhin est passée de 953 000 à 1 119 000, soit une progression annuelle de 0.83 % par an. Or, sur la période 2009/2014 (date des deux derniers recensements) la population de Drusenheim n’a évolué que de 104 personnes, soit une augmentation moyenne annuelle de 0.4 % et ceci malgré la création d’un nouveau lotissement.

Il est demandé, lors des travaux d’élaboration du Plan Local d’Urbanisme, au bureau d’études de produire plusieurs hypothèses de croissance de population, afin d’anticiper les besoins futurs de la commune. Ainsi l’évolution de la population de Drusenheim peut se projeter de la manière suivante :

Hypothèse de croissance :

  • Basse (0,4 %) : 5 530 habitants dans 20 ans / 5 970 habitants dans 40 ans.
  • Moyenne (0,8 %) : 5 970 habitants dans 20 ans / 7 000 habitants dans 40 ans.
  • Haute (1,1 %) : 6 200 habitants dans 20 ans / 7 560 habitants dans 40 ans.

Notre vision politique est d’avoir une croissance raisonnée et contrôlée (proche de la moyenne départementale), adaptée à nos différents équipements et structures. Celle-ci permet le maintien du commerce de proximité et des nombreux services à la personne et évite les fermetures de classes d’écoles.

Durant les dernières années, la commune de Drusenheim a bataillé à de nombreuses reprises pour défendre le maintien des services publics de proximité sur son territoire (Gendarmerie, Poste, Trésorerie) et a lutté contre les fermetures de classes.

Il se raconte que le club "Bon Accueil" n'a plus de lieu de convivialité pour se retrouver ! Qu'en est-il ?

Le club "Bon accueil" est une section de l’ACAL particulièrement soutenue et appréciée depuis toujours par la commune. En développant la convivialité dans la tranche d’âge de nos séniors, cette association crée du lien social et de la cohésion entre des personnes qui pourraient être exposées à la solitude ou à la maladie.

Nous comprenons que ce club, qui avait ses repères et ses attaches dans l’ancienne MJC, a été quelque peu bousculé dans ses habitudes durant toute la phase de transformation de ce bâtiment. Toutefois, pendant toute la durée des travaux, la commune a mis à la disposition de l'association une salle de 60m2 située dans le bâtiment du Kiwini et la salle du foyer polyvalent où elle se réunissait à sa convenance.

Depuis l’ouverture du pôle culturel, ils se retrouvent chaque semaine dans une salle du 1er étage mise à disposition. La commune a convié le comité pour lui expliquer que tous les bâtiments et locaux de la commune étaient accessibles à leurs membres pour la pratique de leurs activités par exemple : l’auditorium pour le chant, la salle dédiée du 1er étage, la salle d’exposition temporaire, la salle de spectacle ou la salle festive du gabion pour de grandes manifestations. Toutes les possibilités leur sont ouvertes avec des conditions d’accessibilité et de confort bien supérieures à ce qui existait auparavant. Une seule contrainte c’est de réserver par avance les locaux qu’ils souhaitent utiliser.

Pourquoi fallait-il un pôle culturel à Drusenheim ?

Après 45 ans de fonctionnement au service de toute la population le bâtiment MJC avait besoin d’être rénové et modernisé.

Les besoins ont été listés après concertation avec différents partenaires. Il est apparu nécessaire de mettre la lecture et le multimédia à la portée de tous. Par ailleurs le local de musique de la rue des Lévites n’était plus adapté ni en surface ni du point de vue acoustique au niveau actuel de notre harmonie. L’ancienne salle de spectacle devait être adaptée aux nouveaux besoins en y intégrant des gradins amovibles et un équipement scénique, sonore et vidéo permettant d’accueillir de nouveaux spectacles et manifestations.

L’artiste local PASO ayant fait une donation de 700 oeuvres à la commune, un emplacement lui a été réservé pour exposer ses oeuvres.

La construction de ce bâtiment suivant les nouvelles normes énergétiques (isolation renforcée, éclairage basse consommation, pompe à chaleur...) et la mutualisation des surfaces font apparaitre un coût énergétique moindre et inférieur à celui des anciennes structures.

Cet équipement mis à la disposition des associations et de la population permet d’offrir de nouvelles perspectives d’ouverture et de découvertes pour s’élever par la culture au-dessus des préoccupations quotidiennes. La culture est une source de richesse pour toutes les générations. Mais c’est surtout une ouverture sur le monde pour notre jeunesse.

Ayant un enfant qui entre en école maternelle à la rentrée de septembre 2014 et n'ayant pas 4 ans, pourra-t-il être accepté au périscolaire ?

Notre objectif est de pouvoir accueillir les enfants de moins de 4 ans au périscolaire.
L'accueil de la petite enfance est encadré par une réglementation très stricte qui nécessite l'accord de différents organismes comme la DRJSCS (Direction régionale jeunesse et sport et de la cohésion sociale), la CAF (caisse d'allocation familiale) et la PMI (Protection maternelle et infantile). Un dossier d’homologation d’un périscolaire pour des enfants de moins de 4 ans a été déposé pour les écoles J. Gachot/Farandole et l’école Molière. Nous sommes en attente des accords respectifs.

Par ailleurs, le conseil municipal a déjà approuvé l’aménagement et la construction d’un périscolaire à l'école Molière. Celui-ci devrait être achevé pour début 2015. Nous étudions également une solution temporaire pour pouvoir accueillir tous les enfants de moins de 4 ans pour la rentrée 2014.

Comptez-vous installer des distributeurs de sachets dans le village ou des espaces destinés aux besoins de nos amis les bêtes ? Principalement sur des lieux de promenades et à proximité des espaces verts. Ce serait une bonne chose pour la propreté des espaces publics.

Nous oeuvrons tout au long de l’année pour que notre ville soit belle, propre et accueillante. La propreté canine est un souci pour la commune mais en premier lieu une affaire d’éducation... des maîtres ! Beaucoup de propriétaires de chien font preuve de civisme et ont leur sachet en poche lors des promenades. Les espaces canins et les distributeurs de sachets implantés dans les rues des villes ont démontré au fil du temps leur inefficacité. Nous proposons, si nécessaire, de mettre à disposition des propriétaires de chien des sachets de ramassage qu’ils pourront retirer en mairie.

J'ai du mal à comprendre pourquoi des gens de l'opposition sont sur votre liste. Pouvez-vous expliquer ce choix ?

Que veut dire opposition : être divergent, faire obstacle, être en contradiction.
Les personnes dont vous parlez et qui nous ont rejointes sont constructives et en accord avec la politique de gestion de la commune menée ces six dernières années. Tous les projets sont discutés avec objectivité dans l’intérêt général. Vous conviendrez donc qu’il ne subsistait plus aucun obstacle à leur intégration.